La cuisine cambodgienne

bobun mekong

Il est vrai que la nourriture cambodgienne a beaucoup en commun avec celle de ses voisins, en particulier la cuisine du Vietnam.

Beaucoup de plats qui sont courants au Vietnam sont également fréquents au Cambodge. (En effet, une partie du sud du Vietnam faisait partie du Cambodge il n’y a pas si longtemps, et les deux pays ont une histoire commune de la colonisation Française).

Par exemple, ces savoureux sandwichs appelés « banh mi » au Vietnam, sont aussi très populaires au Cambodge, où ils sont appelés « num pang pâté ».
D’autres plats cambodgiens sont plus semblables à la nourriture thaïlandaise, cependant les plats cambodgiens contiennent habituellement moins de piment, moins de sucre, et moins de lait de coco.

Comme dans beaucoup de pays d’Asie, le riz est une partie fondamentale de la cuisine cambodgienne. Les Cambodgiens aiment manger du riz blanc décortiqué, qui provient de plusieurs espèces appréciées particulièrement pour leurs différentes saveurs.

  • Le riz cuit
  • Le riz à la vapeur
  • Le riz bouilli
  • Le riz trempé
mekong

Il existe, au moins trois ou quatre autres plats traditionnels cambodgiens, comprenant généralement  le « Prahok », une pâte de poisson fermentée piquante, est utilisée pour aromatiser de nombreux plats et qui a un gout atypique.

Le « Samlor » est un plat complet dans lequel on fait cuire ensemble la viande, les végétaux, les fines herbes, les épices et souvent le « prahok ».
Le « Kroeung », une pâte d’épices distinctive faite à base de citronnelle et galanga, est la base de nombreux plats cambodgiens.

Les poissons d’eau douce du Mékong et du Tonle Sap constituent une grande partie de l’alimentation cambodgienne, séchées, transformées en « Prahok », ou cuit dans cette fameuse spécialité cambodgienne, l’amok.

« L’Amok », un poisson grillé sur les braises, puis cuisiner à la vapeur et agrémenté d’épices souvent servi dans une feuille de bananier